L’Ego

 

 

“Un vieux chef Cherokee a enseigné ceci sur sa vie à son petit fils :

« Il y a un grand combat qui se passe à l’intérieur de nous tous » lui dit- il.

« Et c’est un combat entre deux loups l’un est le mal, il est colère, l’envie, culpabilité, tristesse et ego, et l’autre est bon, il est joie, amour, espoir, vérité et foi ».

Le petit fils demande « quel est le loup qui gagnera ? »

et le chef répondit « celui que tu nourris ».”

Guru Sona à Naomie

 

Etymologie

En latin ego qui veut dire “moi”

 

“Le travail sur l’ego va être une des premières épreuves capitales de la traversée…”

 

L’ego est notre personnalité, notre « moi / je », la manière dont nous nous sentons intérieurement, qui nous différencie d’une autre personne.

L’ego est notre identité. C’est ce qui fait notre personnage.

 

Ne pas chercher à le tuer, car c’est nous que nous allons supprimer et de plus il est indispensable à notre apprentissage et à notre expérience et il nous aime ce chenapan. S’il existe, c’est pour une bonne raison.

 

L’ego a un rôle positif dans notre Vie. Il est là pour nous protéger, nous dire attention.

Il nous aime, mais parfois très mal.

 

Nous avons donc l’ego “inférieur”, notre moi matériel, donc limité, et le “supérieur”, l’ego saint, qui lui est libéré de toutes souffrances, connecté au tout, notre moi spirituel, donc illimité.

 

“L’amour est vide d’ego.

L’ego est vide d’amour.”

 

Où se situe l’ego dans notre Être

 

1- le corps

2- Ego

3- Esprit (du latin spiritus “souffle” qui anime la matière)

—————-

4- Soi Supérieur

5- Ame (sans ego => a me)

 

Langage des oiseaux

 

Chaque lettre a sa propre histoire et a du sens.

 

Le E de ego

 

La lettre E représente l’affirmation pleine et entière de la personnalité qui peut passer cependant par des phases d’hésitation (heu… !). Elle est dans l’attente de confirmation venant de son extérieur pour prendre des décisions.

La ligne verticale (|) de ce E représente la colonne centrale, le lien entre le Ciel et la Terre, l’axe de manifestation, le “je” en anglais, notre identité, l’individualité.

Les 3 barres horizontales représentent les 3 plans de l’être : physique, émotionnel et mental ou encore Matières, Esprit et Science.

C’est un I qui se déploie horizontalement.

C’est la 5me lettre, elle symbolise l’homme et ses 5 sens.

C’est une lettre qui est plus matérielle que spirituelle.

Le E exprime l’affirmation et l’hésitation.

Le E est l’incarnation dans une personne.

Le E représente l’Être.

 

Le G de ego

 

Cette lettre se prononce “j’ai”.

C’est l’identification à son corps et à tout ce qu’on possède.

Mais se dit également « jet », la lumière qui jaillit de son feu intérieur.

Le G invite à nous élever vers le H, élévation, ascension vers La Source (Dieu ou peu importe le nom qu’on lui donne) ou à nous enfermer dans notre égocentrisme avec nos acquis (“j’ai”).

Cette lettre invite à faire des choix :

  • Soit rester dans une conscience limité (“j’ai”)
  • Soit devenir Gé (Gaïa), la déesse Terre, c’est à dire une conscience illimitée.

Le G mélange entre le recentrage intérieur et l’autolimitation de protection.

Le G exprime la concentration et l’égotisme.

C’est une lettre de transition, de passage. Elle signale une naissance et une mort, “mourir pour renaître”.

 

Le O de ego

 

Cette lettre représente la totalité et l’autonomie.

Cependant, il peut amener à l’enfermement dans une prison : en soi, dans sa famille ou encore dans son “cercle” de relations.

Le O évoque aussi l’expression de la surprise (oh !), donc se laisser surprendre par la vie, ce qui va enrichir son univers.

Le O représente le serpent qui se mord la queue. Son danger est de tourner en rond dans l’autosatisfaction et se prendre pour le soleil.

Le O représente le point-origine.

Le O est la manifestation totalement déployé.

Le O arpente le chemin de l’évolution pour amener vers la seconde naissance qui est la paix profonde (P).

Le O exprime la plénitude et l’habitude.

Le O c’est le symbole d’accomplissement.

Le O se prononce eau, peut être en lien avec nos émotions et en lien avec l’élément eau.

 

“Nous sommes le produit de nos erreurs mais,

pour ménager notre égo,

nous appelons ça l’expérience.”

Alain Leblay

 

 

Ego et l’identification

 

Le “je” s’identifie aux objets. Quand nous perdons un objet important, la souffrance fait son apparition à cause de la pensée “mon”. (Mon équipe, ma famille, ma voiture, ma maison…).

Nous cherchons à être le centre de l’attention.

Le “je” s’identifie aussi à un genre, à des possessions, à un corps, à une nationalité, une race, une religion, une profession, à des rôles (père, mère), à des connaissances, des opinions, à des goûts, souvenirs (moi et mon histoire), toutes choses à partir desquelles on tire le sens de notre identité.

 

“L’ego est frustration, non d’un désir du sujet, mais d’un objet.”

Jacques Lacan

 

Par exemple, un homme a mis toute son énergie dans sa maison pendant de longues années. Il préfère ne pas quitter son épouse, pour ne pas perdre sa maison car il y a mis toute sa sueur. Il a fait le choix d’être malheureux le restant de sa vie pour du matériel.

 

Un enfant et son doudou : il s’identifie à son doudou et quand il le perd, c’est une grosse souffrance, des pleurs à n’en plus finir.

 

Quand tu prends conscience de ton attachement à des objets, l’identification cesse.

 

Je vous partage mon vécu avec mon ancienne voiture. Dès que j’ai fait mon deuil et accepté que notre chemin s’arrêtait là, le garagiste a trouvé la panne qu’il cherchait depuis environ un mois.

 

L’ego, la peur, le doute et la protection

 

L’ego protège une partie de nous qui est trop vulnérable, et souvent c’est dans l’exagération.

 

Comment cet ego se forme ?

Lorsque nous naissons, nous sommes des êtres purs. Mais en grandissant, nous vivons des expériences difficiles ou encore nous avons été conditionné par les peurs des autres (parents, grands parents…) dès notre plus jeune âge.

A chaque coup dure, nous nous mettons en mode protection et nous montons des murs pour ne plus souffrir. Nous le planquons en nous.

 

Quand nous faisons face à une situation qui fait résonance en nous, nous nous mettons en mode peur, et voilà que le doute arrive, nous ne sommes plus sur de soi et nous cherchons à nous protéger coûte que coûte.

Nous nous cherchons souvent des excuses pour éviter de faire face à la situation : “Je ne suis pas prêt(e)”, “Je ne suis pas sûr de moi ou d’y arriver”, “Comment je vais faire”…

Des réactions, qui ne sont souvent pas comprises par l’extérieur.

Nos peurs ont une totale emprise sur notre liberté intérieure.

 

Quand nous allons commencer à travailler sur soi, notre ego ne va pas le voir d’un bon oeil.

Il va jouer avec nos peurs pour garder le “contrôle”, pour rester le “chef”.

 

“Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui.”

Antoine de Saint Exupéry

 

L’ego et le jugement, la jalousie, l’agressivité…  (toutes les émotions dites “négatives”)

 

Le jugement :

Jésus-Christ a prononcé cette phrase telle que le rapporte Saint Luc dans l’évangile : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

C’est plus facile de critiquer l’autre que de se remettre en question, d’aller en nous voir ce qu’il s’y passe.

Le jugement est une forme de protection : peur d’être jugé, peur de ne pas être à la hauteur, perfectionniste (jamais rien ne va), manque de confiance en soi, manque d’amour de soi (jugement négatif des parents ou autrui : « tu as tort », « tu fais mal », « tu es mauvais »…), dévalorisation…

Etes-vous en accord avec ce que vous vivez ?

Posez-vous donc la question…

 

Les émotions dites “négatives” :

Toutes situations, expériences difficiles que nous vivons, font jaillir des émotions. Pour ne plus souffrir, nous les enfouissons en nous. Chercher à contrôler nos émotions, c’est les enfuir en nous.

Or, nous ne souffrons plus consciemment, mais c’est notre corps qui subit cette blessure.

Ces émotions sont toxiques pour notre corps. Trop d’émotions dans le corps amènent des maladies (mal à dit).

 

Je vous partage une image qu’un être de lumière m’avait envoyé pour m’expliquer les effets des émotions dans le corps :

Il me montre un vase vide et m’explique qu’il représente mon corps à la naissance.

En grandissant, nous vivons des expériences difficiles et les émotions qui en surgissent, remplissent ce vase.

Mais au bout d’un moment, ce vase ne peut plus tout contenir et déborde, d’où l’apparition des maladies.

 

En travaillant sur nous, ce vase se vide pour être rempli par de l’amour. Et quand nous le vidons, ce n’est pas pour le re-remplir, il doit rester vide.

 

Voici quelques exemples d’émotions dites “négatives” : l’anxiété, la colère, le ressentiment, la haine, la jalousie, l’envie, la tristesse, le dégoût…

 

L’ego, la colère et le contrôle

 

La colère est également une émotion, qui vient d’une insatisfaction.

Elle surgit quand la situation ne se déroule pas comme nous le souhaitons. Et voici ce fameux contrôle.

La colère est une manière de gérer une contrariété qui c’est transformé en frustration.

Un mot, une attitude… peuvent déclencher une colère.

La colère provient aussi d’un obstacle, c’est à dire contre quelqu’un ou quelque chose qui nuit à notre bien-être.

Quand nous sommes remplis d’émotions, et qu’une colère fait surface, nous avons l’impression d’être une cocotte minute et que l’intérieure de notre corps va exploser.

Mais une fois que nous avons travaillé sur nous, cette sensation désagréable disparaît même lorsque nous sommes en colère.

 

Voici quelques exemples en lien avec la colère :

  • La rage est déclenchée par l’impuissance à se soustraire à une situation non désirée.
  • La révolte aux situations d’injustice…

 

L’ego, la comparaison et la compétition

 

Comparaison :

Dès notre enfance, nos parents nous comparent à un autre : “Ta soeur fait ça, pas toi”… et même dans le milieu scolaire avec le système de note par exemple.

Cette comparaison permet de mettre en évidence la différence entre nous et autrui. Cela nous rassure concernant nos performances, nos opinions, gonfler notre estime de soi, lutter contre l’influence…

L’ego aime donc mettre des étiquettes sur tout : maladroit, impertinent, bête, sage, intelligent, sensible, distrait, timide… et s’enfermer dedans.

 

Acceptez-vous tel que vous êtes, sans vous comparer à autrui.

 

Sortez des cases où vous vous êtes enfermés, emprisonnés !

 

Compétition :

Nous sommes dans une société où la performance est importante.

Beaucoup de parents aimeraient avoir des “enfants parfaits”. Les attentes des parents correspondent à leur vision de la réussite. Par conséquent, l’enfant ne se sent pas aimer pour ce qu’il est réellement.

L’ego dit “tu seras le meilleur”, “tu vas écraser les autres”….

Par conséquent, nous ne sommes pas dans la coopération avec les autres.

Quel est l’impacte sur nous ? La compétition peut détruire l’estime de soi, si elle est malsaine.

 

L’ego et les croyances

 

Combien d’entre nous jugeons une expérience ou autres sans l’avoir vécu !

C’est un a priori, une idée reçue par une pensée majoritaire ou une personne extérieure en qui nous avons confiance (tout ce qu’il dit est évangile). Nous allons croire cette vérité, sans l’avoir vérifié par nous-même.

Nous ne nous assurons pas de la véracité des dires et on en parle malgré tout, tout autour de nous.

 

L’ego et le mental

 

L’ego est également étroitement lié au mental.

 

Il existe 2 sortes de mental :

  • Le mental conscient qui est la prise de conscience
  • Le mental inconscient qui est le conditionnement

 

Ce dernier utilise nos pensées pour nous éloigner de l’instant présent et nous empêcher d’aller dans notre intérieur. Il reste attaché au passé et s’inquiète pour le futur.

Le mental se pose toujours des questions (“pourquoi ?”). Ce mot aide à progresser, chercher… s’il est bien utilisé. Mais, quand nous nous posons des questions qui attendent une réponse, non pas pour évoluer mais par obsession, intérêt, attachement… nous restons bloqués, nous ne pouvons pas évoluer.

L’ego comme le mental sont toujours dans l’attente d’une réponse qui lui donne un pouvoir sur l’extérieur. Il n’est pas capable d’écouter les réponses qui peuvent l’aider à grandir.

 

“Tant que notre ego balaye les vertus de l’autodérision,

notre liberté d’être ne sera qu’une illusion.”

Raphaël Choquet

 

Depuis notre naissance, nous vivons des expériences que nous jugeons et que nous ne remettons pas en causes. Certaines viennent de nous et d’autres nous sont transmises ou inculquées par autrui.

 

L’ego “inférieur” est la partie de nous qui a toujours une histoire à nous raconter, qui a une opinion sur tout !

 

Que décidez-vous ? Faire d’une situation ou expérience un désastre ou une opportunité !

 

Pour être amour inconditionnel et basculer dans la 5me dimension, votre ego doit être déconditionné et avoir une conscience illimitée.

 

“Ne fais pas de ton ego un démon à encloîtrer,

mais un compagnon à apprivoiser.”

Jédécé (Internaut)

 

Comment trouver l’équilibre avec notre ego ?

 

Tout vient de notre identification à lui et non à sa présence.

 

Apprivoiser votre ego et mental

Devenez plus qu’un avec eux.

 

Rassurez-les,

Parlez leur comme si c’était votre enfant qui était apeuré,

Aimez-les.

 

Ecoutez-les,

Libérez-les,

Ils vous disent sur quoi travailler.

 

“L’ego te fait ressentir le besoin d’avoir raison

et l’amour te fait ressentir que tu n’as pas besoin d’avoir raison.”

Sandra Manegre

 

 

 

Bénissez votre Vie.

Bénissez toutes vos rencontres.

Bénissez Vous, ce que vous êtes.

Acceptez qui vous êtes dans sa totalité.

 

Je vous aime

Je nous aime

Amour, Paix et Lumière

 

 

Sandrine Lémant Leboeuf

26 juillet 2017

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site : lamourdesoi-boutique.com

 

 

L’Ego

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *